Politique Internationale - La Revue n°142 - HIVER - 2014

sommaire du n° 142
LE « DEMOCRATURE » RUSSE
Entretien avec Andreï GRATCHEV
conduit par
Galia Ackerman
Journaliste
in english
en español
en français
Vladimir Putin's return to the Kremlin in the spring of 2012 was accompanied by an unprecedented wave of popular protest, as well as a significant burst of international activity by Moscow. In this interview with Politique Internationale, Andrei Grachev, former spokesman and advisor to Mikhail Gorbachev, and still a leading expert on Russia, looks at his country's domestic situation and foreign policy issues. He pulls no punches in decoding an extremely complex political environment, characterized by cynical and shady involvement in the Syrian conflict; increasingly tense relations with the U.S. and the EU, as well as several countries that were formerly part of the Soviet Union; and, on the domestic front, the rise of a determined opposition, rooted in the educated urban class that Grachev calls the "Internet society", as opposed to the pro-Putin provincial classes who get all their news from state-controlled TV. The message is clear: the Putin system has more surprises in store.
Notes :
(1) Haut fonctionnaire russe, il est l'un des leaders du parti du pouvoir, Russie unie. Chef de l'Administration présidentielle de 2005 à 2008, il dirigea l'état-major de Dmitri Medvedev lors de sa campagne électorale, en 2008, puis occupa le poste de vice-premier ministre. En 2010, il fut nommé maire de Moscou par le président Medvedev après le limogeage de Iouri Loujkov.
(2) En 2004, Poutine abolit par décret les élections des maires et des gouverneurs des régions. Sous la pression de l'opposition, les élections directes furent restaurées par Dmitri Medvedev, en 2012, à la fin de sa présidence.
(3) Alexeï Navalny, juriste de formation, a été accusé d'avoir lésé les intérêts d'une société d'État spécialisée dans le traitement du bois. Les experts s'accordent à dire que sa condamnation, qui ne repose sur aucune preuve tangible, est politiquement motivée.
(4) Activiste, membre du parti de Mikhaïl Prokhorov, Plateforme civique, il est surtout connu pour ses actions visant à lutter contre le trafic et la consommation de drogue dans sa ville. Grâce à Roïzman, la mortalité due à la drogue à Ekaterinbourg s'est contractée de douze fois en l'espace de quelques années.
(5) Président de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov est connu pour sa poigne de fer et la férocité des répressions qu'il déclenche contre la moindre velléité d'opposition.
(6) Ministre des Finances de 2000 à 2011, il se trouve actuellement en retrait de la vie politique et se montre plutôt critique vis-à-vis du régime actuel.
(7) Cf. http://www.dp.ru/a/2013/09/19/Nikolaj_Kudrin_v_Rossii/
(8) Groupe punk féministe créé à l'automne 2011. Connu pour ses chansons acerbes dénonçant le régime Poutine et la collusion entre l'État russe et le Patriarcat de Moscou. Trois jeunes femmes faisant partie du groupe furent jugées et condamnées (deux ans de prison ferme pour deux d'entre elles et deux ans avec sursis pour la troisième) pour avoir effectué une « prière punk » dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, en février 2012.
(9) Cette loi, au contenu flou, a été adoptée par la Douma en juin 2013. Elle prévoit une peine de prison allant jusqu'à trois ans.
(10) Les trois pays sont en passe de créer une Union économique eurasienne, qui se veut ouverte aux autres pays issus de l'URSS. À ce jour, une union douanière et un espace économique commun sont fonctionnels, c'est-à-dire que les marchandises circulent librement à l'intérieur de ces trois pays. L'Arménie et le Kirghizstan ont officiellement demandé à adhérer à cette Union. Des documents nécessaires sont en préparation.
(11) Informaticien américain, ancien employé de la CIA et de la NSA (Agence de sécurité nationale), qui a révélé dans les médias, en juin et juillet 2013, les détails de plusieurs programmes secrets de surveillance de masse appliqués par les États-Unis. Inculpé par la justice américaine, il a obtenu un asile politique temporaire en Russie le 31 juillet 2013.
(12) Marchand d'armes russe condamné, en 2012, à 25 ans de prison aux États-Unis pour ventes d'armes illégales dans divers « points chauds » de la planète, notamment en Libye, en Irak, en Angola, en République démocratique du Congo et au Rwanda. La Russie a mené une campagne infructueuse afin d'obtenir la libération de Bout qui a probablement agi pour le compte du complexe militaro-industriel russe.
(13) En 2000 et en 2004, Poutine a signé deux accords sur la délimitation de la frontière russo-chinoise, mettant fin à des disputes qui avaient duré des centaines d'années. En 2004, la Russie a cédé à la Chine deux grandes îles ayant appartenu à la région de Khabarovsk.
(14) Coopérative de propriétaires de datchas, en Carélie, créée en 1996 par Vladimir Poutine et sept autres personnes de son entourage. Après son élection à la présidence, en 2000, Poutine a favorisé les entreprises de ses amis et anciens collègues du KGB, au premier rang desquels ceux de la coopérative Ozero. Plusieurs de ses proches sont devenus multimillionnaires et même milliardaires, essentiellement grâce aux contrats juteux passés par leurs sociétés avec l'État russe.
(15) En mars 2013, la Douma a adopté une loi permettant aux régions russes de renoncer aux élections directes des gouverneurs au profit d'une nomination par le président, validée par le Parlement local. Mais la plupart des régions n'ont pas souhaité profiter de cette possibilité, à l'exception - à ce jour - du Daghestan et de l'Ingouchie, dans le Caucase du Nord.