Politique Internationale - La Revue n°98 - HIVER - 2003

sommaire du n° 98
RÉPONSE À UN ANTI-TCHÉTCHÈNE
Article de Sophie Shihab
Journaliste au Monde
en français
in english
en español
en français

La tesis del Kremlin es muy conocida por todos: la guerra de Chechenia sólo es un capítulo más de la cruzada mundial contra el terrorismo islamista. Pero estos estereotipos, que son apoyados por Occidente, no corresponden a la realidad. Sin lugar a dudas, los chechenos no son ningunos angelitos, pero de ahí a considerarlos secuaces de Al Qaeda, sólo hay un paso; sobre todo si se toma en consideración que los servicios secretos rusos se han convertido en expertos en el arte de la manipulación y la provocación. ¿Los atentados de 1999 y la seudoincursión al Daghestan que sirvieron de pretexto para desencadenar la segunda guerra? Un montaje del FSB. ¿El asalto del teatro de Moscú el pasado mes de octubre? Probablemente, obra del FSB. ¿El secuestro de extranjeros? Un comercio lucrativo donde todos - combatientes chechenos y servicios secretos rusos - salen ganando. La situación se ha deteriorado hasta tal punto que sólo hay una solución: una intervención de los occidentales, los únicos capaces de poner orden en el inmenso caos checheno.

Notes :

(1) Alexandre Soljénitsyne, L'Archipel du Goulag, tome 3, Seuil, pp. 324-327.
(2) Depuis mai 2000 et jusqu'à ce jour, les responsables russes ont assuré, de mois en mois, que les " bandits " résiduels étaient au nombre de 1000 à 2000. Chiffre réaliste, et peut-être même exagéré en 2002, s'il s'agit des maquisards basés dans les montagnes boisées. Mais un nombre nécessairement bien supérieur agit ponctuellement, souvent sous couverture légale, dans les localités habitées.
(3) Le Monde du 28 décembre 2001 : " Sur 790 prisonniers non afghans, pas une trace de combattant tchétchène " ; et du 18 février 2002 : " Retour sur le massacre de Qala-e-Jangi ".
(4) Le Monde, " Questions sur une prise d'otages ", 16 novembre 2002.
(5) Le Monde, " Qui a commis les attentats de 1999 ? ", 18 novembre 2002.
(6) Procès de la " bande de Maxim Lazovski ", officier du FSB accusé d'avoir organisé en novembre et décembre 1994 deux attentats attribués alors aux Tchétchènes. Novaya Gazeta du 4 mars 2002 et du 25 mars 2002.
(7) Alexandre Bennigsen, Le Soufi et le commissaire, Seuil, 1986.
(8) Adolphe Bergé, La Tchétchénie et les Tchétchènes, Tiflis, 1859 (pp. 119-121).
(9) Le Monde du 15 février 1992 : " Anarchie en Tchétchénie " ; et du 26 octobre 1992.
(10) Témoignages recueillis auprès d'anciens " apparatchiks ", l'un tadjik, l'autre ouzbek, sur le soutien apporté par le KGB, dès les années 1970, à de jeunes " wahhabites " d'Asie centrale qui contestaient les mœurs " dissolues " et " capitalistes " des mollahs officiels, eux-mêmes contrôlés par le KGB.
(11) Le Monde, " Boris Berezovski apparaît de plus en plus comme le maître du chaos ", 28 septembre 1999.
(12) On peut noter qu'Ourous-Martan, le principal fief de l'opposition tchétchène pro-russe sous Doudaev, fut aussi le principal centre des " Jamaat " wahhabites entre 1997 et 1999.
(13) Témoignage, recueilli par l'auteur, du frère d'un des Tchétchènes ayant participé à l'opération.
(14) Le Monde du 5 février 2001 : " La guerre de Moscou contre l'action humanitaire en Tchétchénie " ; du 7 février 2001 : " Washington doute de la version russe de l'affaire Gluck " ; et du 3 mars 2000 : " Andreï Babitski accuse l'ex-KGB de son enlèvement ".
(15) Nezavissimaïa Gazeta du 19 février 2000 : interview de Mayrbek Vatchagaev, représentant à Moscou du président Maskhadov.
(16) Témoignages recueillis par l'auteur au Yémen, où des parents de volontaires partis pour la Tchétchénie se plaignaient de la " faiblesse d'Al-Qaida " dans ce pays.
(17) TTU, lettre hebdomadaire d'information, " Terrorisme : la règle de l'anticipation ", 21 novembre 2002.
(18) Constatation de l'auteur en mai 2000 au Daghestan et à Bakou.
(19) Témoignage de celui qui était alors son porte-parole en France, Mayrbek Vatchagaev.