Politique Internationale - La Revue n°111 - PRINTEMPS - 2006

COMBATTRE LA PROLIFERATION
Mohammed EL BARADEI
Directeur de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) depuis le 1er décembre 1997. Prix



Mohammed El Baradeï, qui dirige l'Agence internationale de l'énergie atomique depuis huit ans, a reçu en 2005, avec son organisation, le prix Nobel de la paix. Une consécration pour ce diplomate d'origine égyptienne qui se bat au quotidien contre la prolifération nucléaire, devenue l'un des principaux dangers pour la paix et la sécurité mondiales.Créée en 1957 par les Nations unies, installée à Vienne, l'AIEA avait, à l'origine, deux missions. En premier lieu, empêcher la propagation de l'arme nucléaire, alors concentrée dans les mains de quatre grandes puissances (États-Unis, Grande-Bretagne, URSS et Chine), rejointes en 1960 par la France. Ensuite, mettre l'énergie atomique au service de la paix en proposant une coopération scientifique internationale aux pays candidats à un usage civil du nucléaire. Avec ses 2 300 collaborateurs et ses 200 inspecteurs, l'AIEA supervise aujourd'hui 900 centrales et installations nucléaires dans le monde. Le Conseil des gouverneurs, son organe exécutif, peut saisir le Conseil de sécurité de l'ONU en cas de grave menace pour la paix et la sécurité. Ni les inspections ni les organes decontrôle de l'AIEA n'ont pourtant réussi à freiner la prolifération nucléaire. Celle-ci se développe d'autant plus vite que des pays toujours plus nombreux veulent obtenir la bombe atomique, dans laquelle ils voient à la fois un moyen d'influence et la meilleure protection contre d'éventuelles attaques ennemies.
Mohammed El Baradeï estime que, pour remédier au problème, il faut généraliser l'application du « Protocole additionnel », un document annexe du Traité de non-prolifération (TNP). Signé en 1995, adopté par une centaine d'États, ce texte prévoit des inspections renforcées et inopinées sur le sol des pays soupçonnés de dissimuler des installations clandestines destinées à permettre une utilisation militaire du nucléaire.




Cet entretien a été conduit par :
Isabelle Lasserre