Direction
 Direction du site
 Rédaction
 Conseillers auprès de la rédaction
 Conseillers auprès du Directeur
 Etudes, prospective, entretiens
 Administration
 Comité des consultants
 Publicité, Abonnements et Relations extérieures
 Par thèmes
 Par pays
 Par pesonnalités
 Contacts
 Communiquer avec les acteurs de la revue
 Commander un numéro
 S'abonner à la revue
 Les publications
Politique Internationale - La Revue
Retour à l'accueil
Présentation de la revue Dernier numéro Archives Les grands dossiers - ce qu'il faut retenir de l'actualité Pour échanger avec les acteurs de PI, poser vos questions et commander un numéro Tous les liens utiles Remises de Prix Recherche avancée
La Revue n°142 - HIVER - 2014
 
EN GUISE DE PRÉSENTATION...
par Patrick Wajsman
EUROPE : L'APRES-CRISE
Entretien avec Pierre MOSCOVICI conduit par Gaëtan DE CAPELE
LES CINQ SAGES DE MADAME MERKEL
Entretien avec Peter BOFINGER conduit par Jean-Paul Picaper
UNE CERTAINE IDEE DE LA HONGRIE
Entretien avec Viktor ORBAN conduit par Antoine VITKINE
REPUBLIQUE TCHEQUE : GERER L'ETAT COMME UNE ENTREPRISE
Entretien avec Andrej BABIS conduit par LUC ROSENZWEIG
COMBATTRE LA POLITIQUE D'AUSTERITE
Entretien avec Mario SOARES conduit par Grégory Rayko et Xavier D'Arthuys
CE QUE L'EUROPE APPORTE AU MONDE
Article de Herman VAN ROMPUY
CE N'EST Q'UN AU REVOIR
Entretien avec Mikhaïl Saakachvili conduit par Isabelle Lasserre
LE GRAND RETOUR DE LA RUSSIE
Article de Arnaud DUBIEN
LES JEUX OLYMPIQUES DE MONSIEUR POUTINE
Entretien avec Boris NEMTSOV conduit par Galia Ackerman
LE FLEAU DE LA CORRUPTION
Entretien avec Sergei GURIEV conduit par Grégory Rayko et Isabelle Lasserre et Grégory Rayko
LE « DEMOCRATURE » RUSSE
Entretien avec Andreï GRATCHEV conduit par Galia Ackerman
REQUIEM POUR L'ARME CHIMIQUE ?
Article de Olivier Lepick
SYRIE : L'ENLISEMENT
Article de Jean-Pierre Perrin
ETATS-UNIS : LES HOMMES (ET LES FEMMES) DU PRESIDENT
Entretien avec Edward LUTTWAK conduit par Olivier Guez
CE QUE L'AFFAIRE « PRISM » DIT DE L'AMERIQUE
Article de Anne-Lorraine BUJON
OBAMA, KERRY ET LE MOYEN-ORIENT
Article de Laurence NARDON
LES DEFIS REGIONAUX DU MAROC
Entretien avec Nizar BARAKA conduit par Frédéric Encel
LE MAROC, TERRE D'INVESTISSEMENTS
Article de Anne-Marie IDRAC
LE MAROC ET L'EUROPE
Entretien avec Ana PALACIO conduit par Baudouin BOLLAERT
LES ATOUTS DE L'ECONOMIE MAROCAINE
Entretien avec Lionel ZINSOU conduit par Frédéric Encel
LES SEPT PILIERS DE LA SAGESSE MAROCAINE
Article de Khattar ABOU DIAB

Archives
 
152 
151 
150 
149 
148 
147 
146 
145 
144 
143 
142 
141 
140 
139 
138 
137 
136 
135 
134 
133 
132 
131 
130 
129 
128 
127 
126 
125 
124 
123 
122 
121 
120 
119 
118 
117 
116 
115 
114 
113 
112 
111 
110 
109 
108 
107 
106 
105 
104 
103 
102 
101 
100 
99 
98 
97 
96 
95 
94 
93 
92 
91 
90 
89 
88 
87 
86 
 
Patrick Wajsman
Directeur Général

Certaines voix autorisées dénoncent, dans ce numéro de Politique Internationale, l'entreprise pharaonique (51 milliards de dollars !) que sont les Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi. Des Olympiades qui, selon ces mêmes détracteurs, serviraient surtout à glorifier le règne de M. Poutine et à permettre à ses proches de s'enrichir illégalement.
Ce qui est sûr, en tout cas, c'est que ce « sacre » contribue à faire du maître du Kremlin « l'homme de l'Année ». Mais un « homme de l'Année » qui n'a pu s'offrir ce titre envié que parce que les dirigeants occidentaux n'ont pas eu, eux, le courage de s'opposer à ses pratiques interlopes. Des pratiques qui se déploient en Russie même, où il ne tolère aucune contestation sérieuse de sa toute-puissance ; et sur la scène internationale, où il multiplie les provocations à l'égard des États-Unis (asile accordé à Snowden) ; soutient des régimes totalement indéfendables (notamment la Syrie de Bachar el-Assad) ; et exerce des pressions sonnantes et trébuchantes sur certains États trop tentés, selon lui, par l'Union européenne (l'Ukraine, par exemple).
Sans oublier que Vladimir Poutine cherche à reconstituer par tous les moyens l'ancienne sphère d'influence soviétique. « La pire catastrophe géopolitique du XXe siècle - a-t-il dit - fut l'effondrement de l'URSS. » Nous permettra-t-on d'en douter ?
*
L'autre grande figure dont notre Rédaction tente d'évaluer l'action, ce trimestre, est Barack Obama. Grande figure et grande désillusion !
Un peu plus de cinq ans après son entrée en fonctions, on s'aperçoit, en effet, que l'homme qui avait fait lever tant de lumineuses espérances n'était, en réalité, qu'un fabuleux rhéteur. Non pas, comme on le croyait, un mixte de Kennedy et de Clinton mais, plutôt, une sorte de Jimmy Carter-bis en plus distingué et avec la grâce oratoire en prime.
En matière domestique, du « shutdown » aux ratés de l'Obamacare, l'hôte de la Maison-Blanche n'a pas convaincu. Pas plus qu'il n'a su recréer le consensus national qu'il avait pourtant promis au peuple américain.
Même constat en politique extérieure : absence de stratégie cohérente à l'égard de Moscou ; atermoiements et perte de crédibilité lors du massacre chimique du 21 août 2013 organisé par les forces de ce grand démocrate qu'est le Président syrien ; inaptitude à apaiser les craintes des pétro-monarchies du Golfe, spectatrices impuissantes de la nucléarisation de l'Iran ; hésitations et erreurs de jugement face aux développements des « printemps » arabes... La liste, hélas, pourrait être allongée.
*
L'Europe, on s'en doute, n'a pas été oubliée. À quelques mois des élections européennes, tous les défis qui attendent notre Vieux Continent sont décryptés, eux aussi, dans cette livraison hivernale. De la sortie de crise à la montée des populismes en passant par la question des flux migratoires, il est peu de dossiers-clés, je crois, qui aient échappé à la vigilance de nos prestigieux contributeurs.
*
Nombre d'autres thèmes d'actualité ont, bien entendu, retenu notre attention. Pour chacun d'entre eux, nous avons braqué le projecteur sur le leader qui, à la tête de son pays, s'efforce de dessiner le visage de l'avenir - de Madame Merkel au Roi du Maroc.
Raymond Aron aimait cet aphorisme : « Ce sont les hommes qui écrivent l'Histoire ; mais ils ne savent pas quelle Histoire ils écrivent. »
Le propos est-il trop sévère ? À vous de juger, comme à l'accoutumée, en feuilletant ces pages...
À toutes et à tous : bonne lecture.