Dans cet entretien exclusif accordé à Richard Heuzé, pour Politique Internationale, le chef de l'opposition italienne Silvio Berlusconi, qui fut déjà président du Conseil en 1994, expose les grandes lignes de son programme de gouvernement. Allié à la Ligue du Nord d'Umberto Bossi, qui a finalement abandonné ses idées sécessionnistes pour se rallier au fédéralisme, et à l'Alliance nationale de Gianfranco Fini, il compte bien reconquérir le pouvoir à la faveur des prochaines législatives, prévues en principe pour l'an prochain. Après six ans de gouvernement de gauche qui, selon lui, ont abouti au blocage de l'économie et des institutions, il se propose de moderniser l'Italie. L'immigration, la sécurité, l'allègement de la pression fiscale, la flexibilité du marché du travail, la réforme de l'Etat-Providence : tels sont les principaux thèmes de campagne de ce chef d'entreprise "prêté" à la politique et qui entend bien appliquer à son pays les recettes libérales qui ont fait son succès dans les affaires...